mercredi 13 février 2008

Novell adapte Microsoft Silverlight pour Linux

Après .NET, l’équipe de Novell s’est attelée à créer une version Linux de Silverlight, rival du Flash d'Adobe, baptisée Moonlight. Grâce à elle, Microsoft couvre les principaux OS - Linux, Mac OS, Windows - et navigateurs - Safari, Firefox, et IE.

Miguel de Icaza et son équipe avaient défrayé la chronique il y a quatre ans en adaptant la plate-forme .NET pour Linux, dans le cadre du projet Mono. Les trublions de Novell ont réitéré cette fois l'opération avec Silverlight, le client riche de Microsoft, concurrent du Flash d'Adobe.

Baptisée Moonlight, cette implémentation de Silverlight 2.0 (ex-1.1) pour Linux poursuit plusieurs objectifs : « permettre aux applications Silverlight de fonctionner dans un navigateur au dessus de Linux, mettre un kit de développement à disposition des développeurs, et réutiliser Moonlight pour créer des applications de bureau », détaille Miguel de Icaza.

Un grand service rendu à Microsoft

Cette fois, Microsoft et Novell ont conclu un accord de coopération technique. Microsoft a en effet tout à y gagner puisqu'il laisse un partenaire améliorer la portabilité de son client riche. La version officielle de Silverlight n'est en effet disponible que pour Internet Explorer et Firefox sous Windows, Safari et Firefox sur Mac OS.

Microsoft a fourni à Novell la spécification technique complète de Silverlight (pour éviter un long travail de reverse engineering, ou décompilation) et une suite de tests qui permettront à l'équipe de Moonlight de garantir la compatibilité de leur implémentation. Ils disposeront également des versions binaires des codecs de Microsoft pour pouvoir lire des flux multimédias. Et même si ce sont les équipes de Novell qui développeront seules Moonlight, Microsoft leur promet le support de ses propres équipes techniques en cas de besoin. De son côté, Novell s'est engagé à redistribuer Moonlight au-delà d'OpenSuSE : des packages RPM et DEB seront également disponibles.

De nombreux langages supportés

Au-delà du support de Mac OS, Windows et désormais Linux, Silverlight 2.0 introduit un autre changement de taille. Tandis que la version 1.0 exécutait uniquement un code Javascript, Silverlight 2.0 supporte différents langages : C#, VB.NET, Ruby, Python, PHP, etc. Microsoft travaille avec Zend pour mettre au point un compilateur JIT PHP pour .NET (Phalanger). Et il a recruté John Lam, auteur du compilateur IronRuby qui convertit du code Ruby en code intermédiaire .NET (MSIL).

Les langages statiques sont traduits en code MSIL lors du déploiement de l'application. En revanche, un nouveau compilateur juste à temps (JIT) traduit les langages dynamiques (Python, Ruby, etc.) à la volée. « Le Dynamic Language Runtime (DLR) compile dynamiquement un code Python ou Ruby en MSIL qui est ensuite interprété par la machine virtuelle (CRL) de Silverlight 2.0 », explique Laurent Ellerbach, responsable marketing de la division plate-forme et écosystèmes.

Silverlight 2.0 pourra donc exécuter des applications écrites en PHP, Ruby, Python, C#, et VB.NET... sous Windows, Linux, et Mac OS. Il est ainsi possible de mélanger les langages au sein d'un même client Silverlight 2.0 pour réutiliser des librairies ou des logiciels existants. Cette flexibilité permet aussi « d'utiliser le meilleur langage dans un contexte précis ou d'utiliser le langage avec lequel on est le plus l'aise », complète Laurent Ellerbach.

                               

Par Carole Buret, ZDNet France

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,