Le super volcan de Yellowstone détruira t-il l'humanité ?

Imaginez plus de 1000 volcans comme le St.Helens ou le Pinatubo entrant en éruption simultanément...Les conséquences pour les éco-systèmes et les êtres vivants sont dévastatrices, et vont jusqu'à l'extinction des espèces. Une sorte de volcan est capable de tels désastres, ce que les géologues et vulcanologues appellent communément les "super-volcans".

L'activité de ces super-volcans est essentiellement connue grâce aux études menées sur l'éruption du Toba à Sumatra, survenue il y a 74 000 ans.
L'énergie libérée par la super éruption du Toba aurait été équivalente à 1 GT de TNT, soit environ 67 000 fois la bombe d'Hiroshima. C'est une VEI 8 (Indice d'explosivité volcanique, variant de 0 à 8), dix fois plus intense que le seuil minimum, produisant des effets similaires à celui de l'impact d'un astéroïde d'au moins 800 m de diamètre sur un sol granitique.

Suite à l'éruption du Pinatubo en 1991, nous savons que les cendres transportées jusqu'à la stratosphère, à plus de 18 km d'altitude à cette latitude, ont obscurci la lumière du Soleil et entraîné un refroidissement du climat à l'échelle mondiale. L'année qui suivit cette éruption, on assista en effet à une chute de la température globale moyenne de 0.5°C. En comparant la quantité de matière éjectée par le Pinatubo mais également le St.Helens (VEI 5), le Krakatoa (VEI 6) et le Tambora (VEI 7), le géologue Michael Rampino, professeur à l'université de New York, a évalué la chute de température provoquée par le Toba à 5°C.

Le lac Toba, à Sumatra. Un lieu idyllique...L'île à droite de l'image est la caldera qui s'est formée après la dernière éruption il y a 74 000 ans.

A l'échelle du climat de la planète, une chute de 5°C représente un hiver global. Aux latitudes élevées (50-70°) cela représente un refroidissement de 15°C durant les mois d'été : l'Europe qui supporte 30°C parfois 40°C en été verrait tomber de la neige en juillet; on assisterait à un hiver volcanique. A titre de comparaison, le réchauffement de l'atmosphère observé depuis un siècle, est de 0,5 degré.
Les effets sur l'agriculture, sur la croissance des plantes et sur la vie océanique seraient catastrophiques. Ce temps hivernal où l'Angleterre, la Scandinavie et le Canada subiront un climat polaire devrait persister durant des années portant un coup fatal à beaucoup d'êtres vivants, animaux et végétaux. Il y a 74 000 ans, l'explosion du Toba fut un cataclysme monumental, cent fois supérieur au Pinatubo aux Philippines en 1991...

Le super volcan de Yellowstone

Le plus dangereux de ces volcans, encore en activité actuellement, est celui niché dans le parc de Yellowstone aux Etats-Unis. Très exactement, il s'agit d'une mer de lave de 1200 km² située à quelques kilomètres sous la surface de la Terre.
Situé sur la côte ouest du pays, ce volcan est celui que les Américains redoutent depuis des années comme possible déclencheur du "Big One".

Le canyon de Yellowstone aujourd'hui, près de la caldera

Si elle se produisait, la super éruption de Yellowstone serait entre 1000 et 2500 fois plus puissante que celle du Mont St.Helens, une puissance que le Yellowstone a déjà mis en oeuvre par le passé. Il explose en moyenne tous les 600 000 ans, et cela fait maintenant 640 000 ans qu'il est endormi.
Si elle survenait, l'explosion donnerait lieu à un scénario apocalyptique: entre 1000 et 2500 km3 de cendres et de matière volcanique libérées dans l'atmosphère, des millions de personnes instantanément brûlées, hiver volcanique de dix ans, couche d'ozone tellement fragilisée que les ultra-violets ne seront plus filtrés et deviendront très dangereux....Quant à la faune et la flore, les cultures, la vie sur Terre en somme, on n'en parle même pas.

La raison des inquiétudes récentes ? Les détecteurs sismiques sur place à Yellowstone, douze stations GPS, et le radar spécialisé du satellite Envisat de l'Agence Spatiale européenne, ont enregistré une recrudescence de l'activité du volcan depuis 3 ans, et le sol s'élève anormalement de 7 centimètres par an. Une élévation trois fois supérieure à la normale, depuis le début des mesures en 1923.

La zone grise sur cette carte des Etats-Unis, figure les régions qui seront instantanément détruites par l'éruption du volcan de Yellowstone (le point rouge sur la carte)

Que faire contre un super-volcan?

Néanmoins, les chercheurs sont divisés sur la forme que prendrait une éventuelle éruption : coulées magmatiques ou projection dans l'atmosphère ? Pour l'heure, la surélévation constatée "n'est pas le signe d'une éruption volcanique ou d'une explosion hydrothermale imminentes", tempère Robert Smith, sismologue et professeur de géophysique à l'université de l'Utah, qui a dirigé l'étude publiée dans Science sur ce supervolcan.

Doit-on déjà préparer les bunkers ? Pour anticiper un réveil qui pourrait être catastrophique, l'observatoire volcanologique de Yellowstone a décidé, en 2006, de doter le site de systèmes d'observation et d'alerte plus perfectionnés, selon un programme qui s'échelonnera jusqu'en 2015.
Par ailleurs, les scientifiques restent de toute façon partagés sur les conséquences d'une telle éruption.
Entre les pro-Apocalypse pessimistes qui considèrent que l'humanité entière disparaîtra à la suite du cataclysme, et ceux qui jugent une telle affirmation trop hardie voire dangereuse pour les espris...L'éventail est large. On ne peut guère espérer qu'une chose: que le volcan préfère le sommeil à un réveil dévastateur.


par Emmanuelle Carre.

Source Lycos